Deux héros du Liberia en matière de conservation reçoivent le prix prestigieux African Ranger Award

Deux héros du Liberia en matière de conservation reçoivent le prix prestigieux African Ranger Award
June 13, 2018 11:51 am Blog

Ces dernières années, nombre d’espèces de faune sauvage emblématiques de l’Afrique ont connu un déclin soutenu en raison du braconnage, de la perte d’habitat et du commerce illégal de la faune. Les protecteurs de la faune travaillent dans des conditions extrêmes, et font face à des risques et des menaces incroyables dans le cadre de leur activité sur le terrain visant à protéger le patrimoine naturel. Leurs initiatives méritent d’être reconnues et leurs succès célébrés.

Les pressions et les risques qu’impliquent les efforts de conservation en Afrique sont connus. Pour autant, leur ampleur augmente de manière exponentielle lorsque, comme au Liberia, des décennies de conflits civils et leurs retombées diverses compliquent constamment les travaux de conservation dans les zones reculées ou inaccessibles. Dans le cadre de son activité, le personnel d’un parc national est confronté à des obstacles souvent insurmontables. Les activités illégales comme la chasse, l’extraction minière et l’exploitation du bois, entre autres, présentent des dangers particulièrement sérieux pour le garde forestier dans l’exercice de ses fonctions. Pourtant, tous les jours, des gardes des parcs intrépides risquent leur vie pour conserver ces derniers vestiges de l’environnement et des écosystèmes forestiers, incluant les espèces rares et menacées d’extinction que ces forêts abritent, ainsi que l’eau, l’air propre et d’autres intérêts précieux dont on n’apprécie la valeur qu’une fois que la forêt tropicale a disparu. Certains de ces hommes et femmes courageux et méconnus sont les héros oubliés de la conservation.

Afin de reconnaître le travail infatigable accompli par les gardes des parcs, Jack Ma, fondateur de Alibaba, la troisième société de commerce électronique du monde, et coprésident de la Paradise International Foundation, a annoncé à Kigali le 21 juillet 2017 la création d’un programme de subventions sur 10 ans afin d’apporter son soutien à 500 protecteurs de la faune en Afrique. La fondation est une organisation à but non lucratif dont l’œuvre caritative porte principalement sur la protection des terres et des eaux uniques et vulnérables réparties dans le monde entier. Le fait que le Liberia ait suscité l’intérêt de la fondation grâce à ses forêts tropicales humides considérés comme l’un des hotspots mondiaux, doté d’une faune unique, comme l’hippopotame nain endémique et menacé d’extinction, le nectophrynoide du Mont Nimba, le gobe-mouche noir de Nimba et d’autres, est un accomplissement notable pour le pays.

Le prix Paradise Ranger Award est décerné annuellement à un maximum de 50 protecteurs africains de la faune qui travaillent dans une région de conservation définie pour protéger la faune sauvage d’Afrique. Le prix, une subvention de 3.000 USD, vise à reconnaître et à récompenser les tâches difficiles, mais néanmoins gratifiantes, qu’accomplissent au quotidien les gardes des parcs à l’échelle du continent.

Cette année, Blamah Goll, ancien Conservateur en chef du parc (CPW) pour le Parc national de Sapo auprès de l’Autorité de développement forestier du Liberia (FDA) est l’un des lauréats de ce prix prestigieux. Il est l’un de deux Libériens, avec son collègue Friday Pyne, aujourd’hui décédé, et six autres homologues d’Afrique de l’Ouest à recevoir le prix.

M. Blamah Goll
M. Blamah Goll

 

 

Goll a débuté sa profession comme agent pour la protection de la faune dans le Parc national de Sapo en 2000 pendant la crise civile de ce pays. Tous les gardes du parc avaient été évacués sur la capitale Monrovia en raison des menaces et de l’insécurité accrues dans le parc, et lorsque le parc ouvrit de nouveau, très peu de gardes y sont revenus à cause des conditions instables dans la région. Pourtant, Blamah, à l’époque un jeune garde sous la supervision du Conservateur en chef du parc, a mené des campagnes de sensibilisation auprès des communautés vivant à proximité du parc ; il a établi les premiers transects en ligne dans le parc après la crise civile et a lancé le premier programme de biosurveillance avec la Société pour la conservation de la nature au Liberia (SCNL), par le biais d’un projet financé par la Darwin Initiative et des membres du personnel d’autres aires protégées. Le personnel comptait surtout des chasseurs recrutés localement et formés par la Darwin Initiative, dont un grand nombre continuent à exercer ces fonctions aujourd’hui. Blamah était un visionnaire qui encourageait la participation des personnes locales aux activités favorisant la protection et la gestion du parc, et qui apportait son soutien aux ONG dont les programmes visaient à faire avancer l’utilisation durable de la forêt ainsi que la création de moyens d’existence plus stables. Il a également pris part à la reprise des programmes de suivi écologique et des patrouilles contre le braconnage, bien que les progrès réalisés furent restreints à cause de la présence croissante des chasseurs et des mineurs illégaux. En dépit de ces difficultés, le protecteur de la nature Goll a gagné le respect des personnes des communautés locales, ainsi que celui de la direction du parc, et dès 2004, il fut promu Conservateur en chef du parc, un poste qu’il a occupé jusqu’en 2009. Il a aussi participé de façon remarquable à des négociations délicates et dirigé la première évacuation pacifique de mineurs illégaux en 2005.

 L’engagement de Blamah et sa passion intense pour la protection de la biodiversité et du patrimoine forestier de son pays restent remarquables. Son mandat de cinq ans à la tête du Parc national de Sapo est encore évoqué à ce jour, comme l’ont prouvé récemment les communautés en demandant son retour au poste de CPW lors de consultations communautaires dans le sillage des tensions qui avaient entraîné la mort d’un garde du parc. Pour les communautés, il avait rétabli l’ordre dans le parc après la crise civile alors qu’il exerçait ses premières fonctions de garde dans le parc, au moment où les activités illégales avaient atteint un niveau record, prouvant par conséquent qu’il était la meilleure personne capable de faciliter le règlement pacifique du conflit dans le parc entre la direction du parc et les communautés. Bien qu’il n’ait pas repris ce poste, Blamah a joué un rôle majeur lors d’une conférence multipartite visant à régler les différends et à promouvoir une gestion collaborative dans le Parc de Sapo et ses environs.

En novembre 2017, il fut nommé Directeur technique pour la conservation auprès de la FDA, supervisant toutes les activités portant sur la conservation et celles concernant la gestion des aires protégées, le poste le plus élevé dans le domaine de la conservation qu’un membre du personnel technique de la FDA puisse convoiter. M. Goll est un point focal du programme WA BiCC auprès de la FDA, coordonnant diverses activités entre la direction, les partenaires et les bénéficiaires de subventions de WA BiCC et de la FDA.

Mary Molokwu, Directrice de pays au Liberia pour Fauna and Flora International, qui avait recommandé Blamah Goll pour le prix African Ranger Award en Afrique a dit, « J’avais demandé un jour à Blamah de me livrer le secret de son succès. Il m’avait cité un certain nombre de principes sur lequel il basait son travail et qu’il prenait soin de respecter dans l’exercice de ses fonctions de Conservateur en chef du Parc national de Sapo, mais il avait souligné que la discipline et l’équité étaient les plus importantes. Il appliquait la loi de manière rigoureuse, et les communautés et le personnel du parc le respectaient pour cette qualité. En même temps, il était impartial, veillant à être juste lorsqu’il traitait avec les personnes des communautés comme avec le personnel du parc, surtout en cas de conflit entre eux ».

Ce prix de grand prestige atteste de sa contribution à la conservation et va maintenant lui permettre de poursuivre sa vision avec un regain d’énergie. C’est un honneur pour WA BiCC de travailler avec ces conservateurs si courageux et passionnés par leur travail, et nous avons hâte de voir plus de prix décernés dans la région.

Blamah et son équipe de rangers
Blamah et son équipe de rangers

 

 

Le conservateur tombé – M. Friday Pyne

Friday Pyne est le second Libérien à recevoir (à titre posthume) le African Ranger Award 2018. M. Pyne travaillait pour la FDA depuis un peu plus d’un an lorsqu’il fut tué le 27 février 2017, lors d’une confrontation avec des mineurs illégaux dans le Parc national de Sapo. Friday est né et a grandi dans le village de Seoh, dans le district de Konobo District, au sein du comté de Grand Gedeh, près du Parc national de Sapo, et laisse sa femme et deux enfants. Tristement, la  mort de Friday Pyne a fait réaliser à la FDA le besoin d’une sécurité et d’un soutien accrus pour les gardes des parcs dans tous les parcs nationaux et les aires protégées du Liberia, de même que la réaffirmation de la vision et la détermination de Blamah reconnaissant qu’il est essentiel d’améliorer les relations avec les communautés vivant à proximité des parcs, de les associer en tant que partenaires à ces travaux très importants ayant pour objectif la conservation du patrimoine naturel et national du Liberia pour les futures générations.

M. Friday Pyne
M. Friday Pyne

 

 

Lauréats d’Afrique de l’Ouest

WA BiCC étant un programme régional d’Afrique de l’Ouest, le programme souhaiterait reconnaître les autres lauréats régionaux du prix African Ranger Award de cette année :

Felix Abayomi, Nigeria

Président directeur général de Lagos Lagoon Waterkeeper, Wildlife of Africa Conservation Initiative. Recommandé par Marc Yaggi, Directeur exécutif de Water Alliance, USA.

Fehintola Timothy Fola, Nigeria

Inspecteur principal des parcs auprès du National Park Service. Recommandé par Oladipo OJO Cdrnehuis, Conservation of Park, National Park Service.

Bivougou Hamid Salvador, Gabon

Chef d’équipe des écogardes de l’Agence nationale des parcs nationaux au Gabon. Recommandé par Emmanuel de Merode, Conservateur en chef du Parc national des Virunga.

 Lt. Lang Halima Diedhiou, Sénégal

Agent principal du parc au Parc national du Niokolo-Koba et Directeur adjoint de projet pour le projet d’appui au parc de l’ONG Panthera, Direction des Parcs Nationaux (DPN). Recommandé par Philipp Henschel, Directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Lion Program, Panthera.