« Ne Negligeons Pas La Valeur D’actions Individuelles » : Le Directeur De La Mission De L’usaid Fait L’eloge Du Role D’une Employee De Wa Bicc Dans Le Sauvetage D’un Pangolin

« Ne Negligeons Pas La Valeur D’actions Individuelles » : Le Directeur De La Mission De L’usaid Fait L’eloge Du Role D’une Employee De Wa Bicc Dans Le Sauvetage D’un Pangolin
September 7, 2018 2:03 pm Nouvelles

Le Directeur de la mission de l’USAID en Afrique de l’Ouest, Daniel Moore, a vanté les actions menées par différents employés et partenaires du programme WA BiCC, à la suite du sauvetage d’un pangolin en danger. La situation souligne l’importance de la sensibilisation aux questions déterminantes concernant la conservation dans nos communautés. Dans son allocution, lors d’un évènement portant sur la planification organisé par WA BiCC, le Directeur Moore a salué l’initiative de la responsable du bureau de WA BiCC, Esther Kwao, qui a donné lieu au sauvetage d’un pangolin – l’animal le plus exploité pour le trafic à l’échelle mondiale. « Ne négligeons pas la valeur d’actions individuelles ; nous avons tous un rôle à jouer pour faire avancer la gestion durable des ressources rares et menacées, » a-t-il déclaré.

Les pangolins ont une carapace épaisse, et sont aussi appelés « fourmiliers écailleux » en raison de leur rôle écologique dans la lutte contre les ravageurs et l’amélioration de la qualité du sol. Malheureusement, les pangolins sont sérieusement menacés et sont inscrits sur la liste des espèces menacées d’extinction de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Une conversation, anodine au départ, entre Esther et son ami Alexander Asare aboutit rapidement au sauvetage d’un pangolin. Asare est agriculteur, et c’est avec passion qu’il mentionna avoir vu récemment un pangolin. Il expliqua que le rôle essentiel des pangolins dans la forêt l’avait motivé dans sa décision. « Je suis moi-même agriculteur, et les fourmis me dérangent beaucoup, et si les pangolins s’en nourrissent, il me faut donc sauver ces animaux, » a-t-il ajouté.

La photo montre un employé de l’USAID en Afrique de l’Ouest et le spécialiste de la conservation de la biodiversité de WA BiCC qui déposent le pangolin sauvé, sur l’herbe dans l’enceinte du bureau de WA BiCC à Accra.
Le personnel de l’USAID en Afrique de l’Ouest (à gauche) et le spécialiste de la conservation de la biodiversité de WA BiCC (à droite) manipulent le pangolin sauvé au bureau de WA BiCC à Accra.

 

Au Ghana et dans beaucoup d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, le pangolin est exploité pour sa chair et ses écailles, qui font l’objet d’un trafic à destination de la Chine et d’autres pays d’Asie, surtout. Alexandre a secouru le pangolin capturé par des enfants qui l’avaient trouvé alors qu’ils cherchaient des escargots dans l’est du Ghana. Grâce à l’action rapide d’Esther après leur conversation, le pangolin fut apporté au bureau de WA BiCC à Accra, avant d’être relâché dans la Forêt d’Atewa dans l’est du Ghana. Ces efforts ont été coordonnés avec la Commission forestière du Ghana et A Rocha Ghana – une ONG confessionnelle internationale de conservation de la nature.

Photo montrant le pangolin sauvé qui s’est enroulé dans les mains d’un employé d'A Rocha dans la forêt d'Atewa
Le pangolin a été remis au bureau d’A Rocha Ghana dans la forêt d’Atewa; Un employé de A Rocha le ramène dans son habitat naturel

 

La photo montre le pangolin enroulé et suspendu à une branche de la forêt d'Atewa.
Le pangolin sauvé enfin dans son habitat naturel

 

Comme l’indique l’anecdote d’Esther, de simples échanges peuvent en fait ouvrir la voie à des circonstances favorables à la conservation et nous avons tous un rôle à jouer. La vidéo complète sur le sauvetage du pangolin peut être visualisée en dessous.