Sous le feu des projecteurs : le lancement du projet de Fresco

Sous le feu des projecteurs : le lancement du projet de Fresco
March 15, 2019 5:01 pm Nouvelles

Le Paysage côtier de Fresco en Côte d’Ivoire abrite une partie des hotspots du pays riches en biodiversité et sa contribution à la sécurité alimentaire en matière de pêche est notoire. Il avait été sélectionné par l’USAID en tant que paysage prioritaire pour les interventions du Programme pour la Biodiversité et le Changement climatique en Afrique de l’Ouest (WA BiCC) de l’USAID en fonction de l’analyse entreprise lors de la conception du programme. La sélection avait été guidée par le fait que plusieurs communautés au sein du paysage sont de plus en plus affectées par des événements climatiques en constante évolution comme les ondes de tempête, l’érosion et les inondations. La population se réveille chaque matin sans savoir quel sort lui sera réservé. Les habitants de plusieurs de ces communautés se sont adaptés à ces phénomènes en devenant des nomades virtuels, évacuant périodiquement leur demeure pour échapper aux dangers que représentent ces événements de plus en plus imprévisibles. Jusqu’à récemment, le paysage de Fresco n’avait pas été considéré par le gouvernement comme une zone aussi vulnérable que d’autres paysages côtiers où les communautés côtières et les écosystèmes dont elles sont tributaires sont exposés à des événements climatiques extrêmes et rudes. Cependant, le gouvernement ivoirien considère désormais que toute sa côte est un système connecté qui doit être géré comme un ensemble intégré.

Dans ce contexte, une initiative visant à accroître la résilience côtière dans le Paysage côtier de Fresco et le bassin versant a finalement été lancée – afin non seulement de rendre les ménages vulnérables moins vulnérables et plus résilients, mais aussi de faire de Fresco un des premiers endroits en Afrique de l’Ouest pour essayer sur le terrain des politiques de niveau régional. Ce sont les Protocoles de la Convention d’Abidjan sur la Gestion durable des mangroves et la Gestion intégrée des zones côtières.

L'érosion provoquant la fermeture de la liaison entre la lagune et la mer.
L’érosion provoquant la fermeture de la liaison entre la lagune et la mer.

 

Le mercredi 13 février, des représentants de haut niveau du gouvernement, des autorités traditionnelles, des intervenants communautaires et d’autres partenaires de développement se sont réunis à la mairie de Fresco pour affirmer avec enthousiasme leur appui à l’initiative visant à « Renforcer la résilience côtière au changement climatique à Fresco, Côte d’Ivoire ». Pour le secrétaire général de la préfecture de Fresco, Jérôme Aboh Koffi, les activités prévues sont révolutionnaires, « En réalité, c’est une grande joie pour notre municipalité d’avoir été choisie par le destin pour bénéficier de ce projet d’une importance mondiale. Ce lancement n’est que le début d’un long parcours pour renforcer la résilience, mais c’est déjà une indication de résultats réussis. »

Jérôme Aboh Koffi, Prefet de Fresco
Jérôme Aboh Koffi, Prefet de Fresco

 

L’effort de résilience du paysage côtier de Fresco devrait améliorer la vie de milliers de personnes et contribuer à la protection des riches écosystèmes du paysage grâce à des activités variées incluant la restoration des mangroves de Fresco et des forêts des hauts plateaux, et l’habitat favorable à la  biodiversité ; les cultivateurs en amont bénéficieront d’un soutien pour utiliser des techniques d’agroforesterie afin d’améliorer la résilience de leurs plantations ; et les informations liées au changement climatique seront intégrées aux politiques locales afin d’atténuer les effets du changement climatique au fil du temps et de s’y adapter. Des activités sont également prévues pour faciliter l’accès des pêcheurs locaux aux outils nécessaires pour gérer les ressources dans l’estuaire de la Lagune de Fresco de manière efficace et durable. Cette initiative sera mise en œuvre en collaboration avec le gouvernement ivoirien, les institutions nationales pertinentes et les communautés locales.

Le paysage comprend la Lagune de Fresco et le bassin versant en amont constitué des rivières Bolo et Niouniourou qui alimentent la lagune en eau douce, ce qui est essentiel pour maintenir un équilibre sain entre l’eau salée et l’eau douce. La lagune est classée en tant que « site de zone humide d’importance internationale » en vertu de la Convention de Ramsar[1], compte tenu de la richesse de ses espèces animales et végétales, dont plusieurs sont menacées comme le lamantin, le perroquet jaco et plusieurs espèces de tortues marines. Bordée de mangroves parmi lesquelles certaines sont nettement dégradées, la lagune est un lieu important pour la reproduction de nombreux poissons, une source essentielle de protéines et de revenus pour les communautés des alentours. Le lancement officiel du travail à Fresco est typique de l’approche de travail de WA BiCC au niveau régional, tout en témoignant de la gestion intégrée des zones côtières sur le terrain pour donner des informations aux décideurs et aux professionnels à travers l’Afrique de l’Ouest. Cette approche met aussi en lumière le partenariat de WA BiCC avec les partenaires régionaux y compris la Convention d’Abidjan, dont la juridiction couvre la protection et la gestion des ressources marines et côtières le long de la côte Atlantique des régions de l’ouest, du centre et du sud de l’Afrique. « Le projet de Fresco nous permet de tester sur le terrain les Protocoles de la Convention d’Abidjan sur la Gestion durable des mangroves et la Gestion intégrée des zones côtières », a fait remarquer le chef de projet de WA BiCC lors du lancement.

 

Dignitaires lors de l'événement de lancement
Dignitaires lors de l’événement de lancement

 

Le coordinateur du Programme de gestion de la zone côtière du ministère de l’Environnement – Professeur Éric Valère Djagoua, a indiqué aux participants que le moyen< le plus efficace pour renforcer la résilience côtière était d’approcher tout le littoral d’un pays en tant qu’unité de gestion liée plutôt que d’accorder une attention particulière à quelques régions au détriment des autres. « En vertu de la nouvelle législation ivoirienne qui englobe les principes majeurs de la gestion intégrée des zones côtières, le ministre de l’Environnement s’engage à favoriser la protection et le développement de toute la côte ivoirienne, plutôt que de concentrer sur un petit nombre de hotspots de vulnérabilité choisis, » a-t-il dit.    

Également présents lors du lancement, et soulignant l’importance que les autorités locales attribuent à l’initiative, il y avait le maire de Fresco – M. Beugrefoh Tchekre Fulbert, le sénateur de la région de Gbôklé, qui inclut Fresco – Madame Amélie Beugré Orhon, des autorités traditionnelles, des représentants de la Société de développement des forêts en Côte d’Ivoire (SODEFOR) et d’autres intervenants communautaires. Pour de nombreux membres des communautés, cette activité est déjà une belle réussite car pour la première fois, un cadre permet aux intervenants pertinents dans le paysage de travailler de concert, et pour la première fois les intervenants dont les négociants de poisson, les pêcheurs, les pêcheurs migrants, les agriculteurs, etc. ont la parole et la possibilité de partager les problèmes et d’en parler ensemble, en tant que groupe, et de mettre en œuvre des solutions définies d’un commun accord.

Participants à la sortie éducative
Participants à la sortie éducative

 

L’initiative est financée par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) par le biais du Programme pour la Biodiversité et le Changement climatique en Afrique de l’Ouest (WA BiCC) et mise en œuvre grâce à un mécanisme de subvention par l’ONG locale, IMPACTUM.

[1] La Convention de Ramsar relatives aux zones humides d’importance internationale est un traité international pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides. On l’appelle aussi la Convention sur les zones humides. Son nom vient de la ville de Ramsar en Iran, où la convention avait été signée en 1971.